Karama كرامة

Le cinéma est généralement considéré comme l’un des piliers essentiels au développement, comme un vecteur important de l’action humaine noble et un outil important pour informer les populations et construire une opinion publique nationale et internationale. Et c’est ainsi que la Maison des Cinéastes est venu comblée un vide criant en matière d’utilisation de l’image au service du développement, en créant par sa troisième génération de jeunes cinéastes, le slogan “Pour rapprocher les hommes et les cultures”. Elle commença ainsi son œuvre cinématographique d’un point de vue de développement par le lancement de plusieurs projets cinématographiques pour la promotion des droits humains, la consolidation de la paix et la tolérance.
Mais sa plus grande ambition a toujours été d’organiser un festival international dédié aux films des droits humains. Ainsi, elle avait lancé une édition test au niveau national, en vue d’une bonne préparation pour le lancement d’une édition internationale, en collaboration avec le festival international “Karama” des films des droits humains de la Jordanie, considéré comme le plus grand et ancien festival des droits humains à travers le monde.
Puis la Maison des Cinéastes commença son plaidoyer pour convaincre des partenaires nationaux de l’idée. Et c’est ainsi que le projet “Etat de Droit” qui est financé par l’Union Européenne, accepta de le soutenir en plus d’autres partenaires, qui sont : le Festival Karama- Atelier 612 de la Jordanie, le Festival MoviesthatMatter, Anhar (réseau des films des droits de l’homme), la commission de solidarité avec les victimes des droits humains, la société Arak de production audiovisuelle et l’Office National des Musées.

 

festival KARAMA_presentation 2016